Port of Antwerp-Bruges : une légère croissance malgré des défis qui persistent

Port of Antwerp-Bruges : une légère croissance malgré des défis qui persistent

Situation mitigée dans l’ensemble des segments

Après neuf mois, Port of Antwerp-Bruges enregistre un transbordement total de marchandises qui s’élève à 217,4 millions de tonnes de marchandises, soit une légère augmentation de 0,8 % par rapport à la même période de l'année dernière. Malgré l'impact négatif du contexte géopolitique et macroéconomique, tous les flux de marchandises enregistrent une croissance, hormis le segment des conteneurs, qui reste sous pression. Avec une série d'annonces de nouveaux investissements dans les plateformes portuaires d'Anvers et de Zeebruges, cela confirme le pouvoir d’attraction et la capacité de résistance du port unifié.

Après 9 mois et en comparaison à la même période de l'année dernière, le transbordement de conteneurs est en baisse de 8,8 % en tonnes et de 5 % en EVP. Cette baisse résulte du maintien de la perturbation de la logistique des conteneurs et les effets du conflit en Ukraine. La rotation des conteneurs demeure insuffisante en raison de la congestion, ce qui entraîne une baisse du transbordement de conteneurs pleins, tandis que celui des conteneurs vides augmente. Et bien que les défis opérationnels s'estompent peu à peu, la normalisation du transport maritime par conteneurs, qui reste très perturbé, n'est en vue que pour le premier trimestre de 2023.

Le fret conventionnel de marchandises a augmenté de 9,7 %. Si le transport d'acier se maintient, les volumes d'acier arrivés présentent une tendance à la baisse découlant de stocks élevés et d'une demande en baisse. Malgré une tendance à la baisse du transbordement de bois et de matériaux de construction, ces groupes de produits, tout comme celui des fruits, poursuivent leur croissance.

Le trafic roll-on/roll-off fait apparaitre une augmentation de 8,1 %. Le transbordement de voitures neuves connaît pour sa part une hausse de 8,5 %, principalement en raison des importantes arrivées en provenance de Chine. Par contre, le nombre de véhicules d'occasion et de camions est en baisse de respectivement 7,3 % et 17 %. Le fret non accompagné (à l’exclusion des conteneurs) augmente quant à lui de 13 %.

La croissance du segment du vrac sec (+21,5 %) a été principalement alimentée par l’augmentation du transport de charbon. La demande accrue de charbon pour la production d'électricité se traduit en un transbordement de 2,43 millions de tonnes, contre 364 000 tonnes à la même période l'année dernière. Le transbordement de minerai de fer présente une augmentation, tandis que la ferraille, le sable et le gravier sont en baisse et que le statu quo est maintenu pour les autres matériaux de construction. Bien que les transports entrants et sortants d'engrais se redressent par rapport au deuxième trimestre, on constate toujours une baisse par rapport à l'année record 2021 (-11,8 %).

Le segment du vrac liquide enregistre une augmentation de 13,3 %. Le GNL en particulier connaît une forte croissance (+66,5 %). Cette année déjà, 215 navires GNL ont fait escale à Zeebruges, contre 121 à la même période l'année dernière. On note par ailleurs une croissance pour le GPL (+30 %), en raison des prix élevés du gaz naturel, ainsi que pour l'essence (+12,2 %), le diesel/mazout (+9,7 %) et le naphte (+14,6 %). Le transbordement de produits chimiques connaît également une croissance de 6,3 %, mais une nette diminution est particulièrement perceptible dans les volumes sortants en raison de la réduction de la production découlant de l'augmentation des coûts énergétiques.

Après neuf mois, Zeebruges a accueilli 102 navires de croisière avec 325.406 mouvements de passagers, soit une hausse par rapport à l'année dernière lorsque la navigation de croisière était en grande partie à l’arrêt en raison de la crise du Covid.

Story image

 

Le port unifié attire les investissements

Depuis le lancement officiel du port fusionné Port of Antwerp-Bruges il y a six mois, différents investisseurs et de nouveaux projets ont déjà trouvé leur voie sur les plateformes portuaires d'Anvers et de Zeebruges. Ainsi, Conti Seafrigo Antwerp va construire un nouvel entrepôt de congélation, l'Antwerp Euroterminal (AET) met en service le plus grand espace de stationnement de Belgique pendant queFluxys construit un terminal pour l’ammoniaque en collaboration avec Advario. Entre-temps, Covestro a entamé la construction d’une usine d'aniline, ITC Rubis s'agrandit avec un réservoir supplémentaire et Lanxess met en place une nouvelle installation de protection climatique. Ineos choisit de mettre en place un pilote pour le CCS (« carbon capture and storage ») au départ d'Anvers. À Zeebruges, le groupe Ziegler ouvre une filiale pour le trafic « ro-ro » non accompagné vers l'Irlande et le Royaume-Uni et le groupe immobilier Intervest a officiellement inauguré cette semaine le complexe logistique qu’il a acquis auprès du promoteur chinois Lingang en avril.

Jacques Vandermeiren, CEO de Port of Antwerp-Bruges : « Malgré les défis permanents qui découlent du contexte géopolitique et macroéconomique actuel, nous sommes un port unifié. La tendance négative dans le segment des conteneurs, que contrebalance la croissance des autres segments, devrait selon toute vraisemblance se poursuivre jusqu'à la fin de l'année. Mais le flux d'investissements et de nouveaux projets solides, tournés vers l'avenir et durables, en particulier dans un climat de fermetures et de réductions de production dues aux prix élevés de l'énergie, constitue une confirmation de notre position forte et de notre pouvoir d’attraction en notre qualité de port mondial. »
Annick De Ridder, échevine de la ville d’Anvers en charge du port et présidente du conseil d'administration de Port of Antwerp-Bruges : « En ces temps particulièrement difficiles, notre port unifié montre sa capacité de résistance. C’est ce que démontre la légère augmentation de 0,8 % par rapport à la même période de l'année dernière. Certains investissements majeurs ont par ailleurs été annoncés au cours de ce mois. La modernisation de l’Europa Terminal (un investissement de Port of Antwerp-Bruges à hauteur de 335 millions d'euros et par PSA Antwerp à hauteur de 500 millions d'euros), l'inauguration de l'installation de protection climatique de Lanxess (13 millions d'euros) et le coup d’envoi des travaux de construction de l'unité de production d'aniline de Covestro (300 millions d'euros) sont les plus remarquables. Il y aura par ailleurs un nombre net de 750 travailleurs portuaires supplémentaires cette année et l'année prochaine. Avec les entreprises innovantes de notre port qui croient en un avenir durable et ancrent leur présence par des investissements, notre port est et restera le moteur économique de la Flandre. »
Dirk De fauw, bourgmestre de la ville de Bruges et vice-président de Port of Antwerp-Bruges : « Être en mesure d’atteindre un tel résultat dans le contexte actuel me donne de l'espoir pour l'avenir, même si nous aurons certainement encore besoin de notre capacité de résistance. La croissance du débit de GNL confirme la position importante de Port of Antwerp-Bruges dans ce segment. En outre, nous avons récemment reçu deux nouveaux services Far East et sommes repris en tant que premier port de déchargement en Europe sur le service « NWC - USA – SAWC » de MSC. Avec ces nouveaux investissements, nous poursuivons ainsi le renforcement de notre position internationale. »

 

A propos de Port of Antwerp-Bruges

Avec un transbordement total de 289 millions de tonnes par an, Port of Antwerp-Bruges occupe un véritable rôle de plaque tournante dans le commerce et l'industrie dans le monde. Le port est un lien crucial pour la manutention de conteneurs, le trafic de breakbulk et le transbordement de véhicules. En outre, le port d'Anvers-Bruges - avec 147 millions de tonnes/an - est le premier port d'exportation d'Europe. Port of Antwerp-Bruges est le point d'attache de 1400 entreprises et il abrite le plus grand pôle d'activité chimique intégré en Europe. Le port génère, directement et indirectement, un total de 164 000 emplois et une valeur ajoutée de 21 milliards d'euros.

Port of Antwerp-Bruges ne cache pas ses ambitions : s'imposer comme le premier port mondial réconciliant l'économie, l'homme et l'environnement. Le port veut non seulement poursuivre sa trajectoire de croissance durable, mais aussi utiliser sa position unique de centre logistique, maritime et industriel pour initier la transition vers une économie circulaire à faibles émissions de CO2. En collaboration avec la communauté portuaire, ses clients et d'autres partenaires, Port of Antwerp-Bruges recherche activement des solutions innovantes en vue d'assurer un avenir durable. La responsabilité à l'égard de l'environnement, et par extension, de la société représente une priorité majeure. 

Les sites portuaires d'Anvers et de Zeebruges sont administrés par l’Autorité portuaire Anvers-Bruges, une société anonyme de droit public dont les actionnaires sont la ville d'Anvers et la ville de Bruges. Elle emploie 1800 travailleurs. L'Échevine anversoise du Port Annick De Ridder est la présidente du conseil d'administration, le bourgmestre de Bruges Dirk De fauw en est le vice-président. Jacques Vandermeiren est le PDG et président du comité de direction, lequel assure la gestion quotidienne. 

www.portofantwerpbruges.com

Le numéro de téléphone +32 492 15 41 39 est réservé aux demandes de presse. Pour d'autres questions, vous pouvez envoyer un mail à [email protected]

Port of Antwerp-Bruges
Havenhuis
Zaha Hadidplein 1
2030 Antwerp
Belgium