Port of Antwerp-Bruges limite l'impact de l'instabilité économique

Port of Antwerp-Bruges limite l'impact de l'instabilité économique

Augmentation de la part de marché des conteneurs

Au cours du premier semestre de cette année, le transbordement total de marchandises de Port of Antwerp-Bruges a atteint 139 millions de tonnes, soit une diminution de 5,5 % par rapport à la même période l’année dernière. Alors que la situation économique mondiale entraîne une baisse de la demande de transport de conteneurs, les autres flux de marchandises présentent un tableau contrasté. Dans les conditions économiques instables actuelles, le port résiste bien et gagne également des parts de marché dans la manutention des conteneurs par rapport à d'autres ports de l'axe Hambourg-Le Havre.

Les défis opérationnels et la congestion des terminaux contenaires ont été résolus après deux années difficiles et la cargaison dérivée a fait son retour. Cela a engendré une amélioration au deuxième trimestre (-4,6 % en TEU) par rapport aux résultats du premier trimestre de cette année (-5,8 % en TEU). Toutefois, la situation économique incertaine et la faible confiance des consommateurs entraînent un ralentissement mondial de la demande de transport de conteneurs de pas moins de 9 % au cours du premier trimestre de cette année. Cela se traduit par une baisse de 5,9 % du transbordement de conteneurs au port d'Anvers-Bruges en tonnes et de 5,2 % en TEU par rapport aux six premiers mois de 2022. Par rapport aux autres ports de l'axe Hambourg - Le Havre, la part de marché de Port Antwerp-Bruges augmente de 1 % pour atteindre 30,6 % au cours des trois premiers mois de 2023.

Story image

Malgré la faiblesse du climat économique, les vracs divers résistent plutôt bien. Les volumes de transbordement sont conformes à la période précédant la crise sanitaire, mais en baisse de 17,2 % par rapport à la même période en 2022, qui avait enregistré des chiffres de production exceptionnellement élevés en raison d'une forte reprise après le Covid. Le ralentissement de l'économie s'accompagne d'une diminution de la demande d'acier, le principal groupe de marchandises au sein de ce segment. En ce qui concerne les arrivages et les expéditions, le transbordement d'acier est en baisse de 18 %.

Le segment du vrac sec est en baisse de 12,9 %. Malgré la forte diminution des prix des engrais et de l'énergie par rapport aux sommets atteints après le début de la guerre en Ukraine, le transbordement d'engrais, le groupe de produits le plus important du vrac sec, continue de baisser (‑19 %) et la rotation des stocks est faible. Le transbordement de charbon, qui avait atteint son maximum en 2022 en raison de la crise énergétique et avait continué à augmenter au premier trimestre, diminue également fortement à la suite d'un hiver doux et d'excédents de charbon en Europe (-32,4 %). Le transbordement de sable et de gravier a augmenté de 16 %.

Le segment du vrac liquide a enregistré une baisse de 3,2 %. Les transbordements de combustibles liquides ont augmenté de 6,2 %. Cette évolution est principalement due à l'importance des transbordements de gasoil/diesel (+57 %). Le transbordement de GNL est resté inchangé (-1,4 %) par rapport à une solide année 2022. En outre, le transbordement de produits chimiques est en baisse de 15,4 % en raison de la faiblesse de la demande globale et de la réduction de la production locale et européenne. Cette dernière est principalement due aux prix de l'énergie qui restent plus élevés en Europe que dans d'autres régions.

Les trafics de type roll-on/roll-off continuent d'afficher de solides résultats (+0,1 %). Au cours des six premiers mois de 2023, 1,8 million de voitures neuves ont été importées et exportées, soit une augmentation considérable de pas moins de 15 % par rapport à 2022. Le transbordement de matériel de transport a augmenté de 3,6 %, tandis que le fret non accompagné (hors conteneurs) a diminué de 2,1 %. Le trafic lié à l'Irlande augmente de 16,7 %, mais le trafic depuis et vers Royaume-Uni diminue (-4 %).

Principal port fruitier européen

Contrairement à la baisse globale du trafic de conteneurs, le nombre de conteneurs frigorifiques a augmenté de 10,6 % par rapport à la même période de l'année dernière. Les fruits constituent une part importante des marchandises transportées dans ces conteneurs réfrigérés : bananes, kiwis, ananas, melons, agrumes, litchis, ..... La manipulation de ces denrées périssables requiert l'expertise et la spécialisation nécessaires, dont se chargent les terminaux spécialisés, les entrepôts frigorifiques et les prestataires de services logistiques. Ils font du port d'Anvers-Bruges le port fruitier de choix en Europe.

Au cours des six premiers mois de 2023, Zeebrugge a accueilli 90 navires de croisière et 248 600 passagers. Les mois de mai et juin ont été très chargés pour le secteur des croisières, avec une grande variété de sociétés d'armateur et de destinations.

Au cours du premier semestre, 10.187 navires maritimes ont fait escale dans le port, soit une baisse de 2,8 %. Le tonnage brut total de ces navires a augmenté de 4,7 %.

Paré pour l'avenir

Au cours du dernier trimestre, le port a battu trois records avec les escales des plus grands porte‑conteneurs du monde, dont le MSC Loreto (24.346 TEU). Pour continuer à accueillir ces navires, le port poursuit ses investissements dans les agrandissements d'échelle nécessaires pour rester au top niveau des ports mondiaux. Les investissements et les nouveaux projets liés à la transition énergétique et à la numérisation garantissent en outre que le port peut réaliser son ambition de croissance durable.

Jacques Vandermeiren, CEO de Port of Antwerp-Bruges : « Comme pour les autres ports mondiaux, la situation économique continue de poser des défis majeurs et cela se reflète dans les chiffres. Mais le port résiste relativement bien dans ces conditions instables. De plus, la hausse de notre part de marché confirme notre résistance et notre force en tant que port fusionné. L'évolution du deuxième trimestre dépend de nombreux facteurs incertains, dont les prix de l'énergie, qui ont un impact important sur le secteur chimique et qui se traduisent par une baisse de la production. L'on peut en tout cas espérer que les lignes régulières qui avaient été interrompues à cause de Covid reprennent et que les sociétés d'armateur choisissent notre port comme premier port d'escale ».
Annick De Ridder, échevine de la ville d'Anvers et présidente du conseil d'administration de Port of Antwerp-Bruges : « Les escales des navires records montrent que nous pouvons accueillir les plus grands porte-conteneurs et les traiter dans les terminaux grâce à nos investissements dans des infrastructures performantes. Des navires records requièrent une capacité de conteneurs suffisante. La croissance durable et la Capacité conteneurs supplémentaire Anvers restent donc des priorités pour consolider notre position en tant que port mondial et remplir notre rôle de moteur économique de la Flandre ».
Dirk De fauw, bourgmestre de la ville de Bruges et vice-président de Port of Antwerp-Bruges : « Cela fait maintenant plus d'un an que nous sommes un port unifié. Un port qui nourrit de grandes ambitions et fait face à de grands défis en même temps. Grâce aux deux plateformes complémentaires, nous avons considérablement renforcé notre position dans la chaîne logistique internationale et comme l'une des principales portes d'entrée en Europe. Cela se traduit par une hausse de notre part de marché. »
Afficher dans l'aperçu des actualités
A propos de Port d'Anvers-Bruges

Avec un transbordement total de 271 millions de tonnes par an, le Port d’Anvers-Bruges occupe un véritable rôle de plaque tournante dans le commerce et l'industrie dans le monde. Le port est un lien crucial pour la manutention de conteneurs, le trafic de breakbulk et le transbordement de véhicules. En outre, le port d'Anvers-Bruges - avec 147 millions de tonnes/an - est le premier port d'exportation d'Europe. Il est le point d'attache de 1400 entreprises et il abrite le plus grand pôle d'activité chimique intégré en Europe. Le port génère, directement et indirectement, un total de 164 000 emplois et une valeur ajoutée de 21 milliards d'euros.

Le Port d’Anvers-Bruges ne cache pas ses ambitions : s'imposer comme le premier port mondial réconciliant l'économie, l'homme et l'environnement. Le port veut non seulement poursuivre sa trajectoire de croissance durable, mais aussi utiliser sa position unique de centre logistique, maritime et industriel pour initier la transition vers une économie circulaire à faibles émissions de CO2. En collaboration avec la communauté portuaire, ses clients et d'autres partenaires, il recherche activement des solutions innovantes en vue d'assurer un avenir durable. La responsabilité à l'égard de l'environnement, et par extension, de la société, représente une priorité majeure. 

Les sites portuaires d'Anvers et de Zeebruges sont administrés par l’Autorité portuaire Anvers-Bruges, une société anonyme de droit public dont les actionnaires sont la ville d'Anvers et la ville de Bruges. Elle emploie 1800 travailleurs. L'Échevine anversoise du Port Annick De Ridder est la présidente du conseil d'administration, le bourgmestre de Bruges Dirk De fauw en est le vice-président. Jacques Vandermeiren est le PDG et président du comité de direction, lequel assure la gestion quotidienne. 

www.portofantwerpbruges.com

Le numéro de téléphone +32 492 15 41 39 est réservé aux demandes de presse. Pour d'autres questions, vous pouvez envoyer un mail à communicatie@portofantwerpbruges.com

Port d'Anvers-Bruges
Havenhuis
Zaha Hadidplein 1
2030 Antwerp
Belgium