Une vision ferroviaire durable pour le port d'Anvers

Une vision ferroviaire durable pour le port d'Anvers

Tous ensemble vers « 2x plus de marchandises sur le rail »

Story image

ANVERS, 31 mars 2021 - « Let’s modal shift together! » C’est avec ce slogan que le Port d'Anvers, Railport (les entreprises actives dans le port) et Infrabel présentent leur ambition de doubler d'ici 2030 la proportion de marchandises transportées par voie ferrée via le port. Ce transfert modal est indispensable : davantage de marchandises par train, c’est bon pour le climat, pour l'économie et pour la mobilité. Infrabel voit également cette vision ferroviaire pour le port d'Anvers comme un tremplin vers une approche nationale en matière de fret ferroviaire.

Let’s modal shift together!

En Belgique, près de ¾ des marchandises sont aujourd’hui transportées par la route. Cela soumet notre planète et notre société à une forte pression. En atteste la pollution atmosphérique, les victimes de la route ou encore les embouteillages. D'ici à 2030, le transport augmentera encore de près d'un quart… Ce n’est plus tenable, il faut donc que cela change.

Le rail est une solution durable. Un train de marchandises ce sont, en moyenne, 50 camions en moins sur les routes. C’est également 9 fois moins de CO2, 8 fois moins de pollution atmosphérique, 6 fois moins d’énergie consommée, et bien-sûr, moins d’embouteillages ce qui rencontre également les intérêts du secteur du transport routier. C’est là qu’intervient le « transfert modal », ou « modal shift », qui ne peut se faire qu'en bonne collaboration. Tous les acteurs impliqués dans la chaîne logistique, tels que les terminaux, les entreprises qui souhaitent transporter leurs marchandises, les transporteurs et le gouvernement, jouent un rôle important. Le transfert modal n'est pas l'histoire de quelques-uns, mais plutôt l'histoire de tous : « Let’s modal shift together! »

Story image

La vision du rail doit donner « envie » du rail

Fin 2019, les CEO du Port d'Anvers, de Railport (représentant les entreprises actives dans le port) et d'Infrabel ont signé un accord de coopération. L'objectif, partagé par le secteur du fret ferroviaire, est de doubler la part des marchandises transportées par rail d'ici à 2030, passant de 7 à 15%.

Pour réussir, le rail doit devenir une alternative attrayante. Il faut donc donner aux entreprises « envie » d’y recourir. Au rang des atouts, citons le fait que le train est beaucoup plus sûr et plus respectueux de l'environnement que toute autre alternative. Ce mode de transport, pour les longues distances, est également très compétitif sur un plan financier. Un dernier argument devrait convaincre davantage d’entreprises : désormais, le trafic ferroviaire dans le port va gagner encore en efficacité et en rapidité…. Après la signature de l'accord de coopération, les spécialistes des 3 partenaires ont élaboré une vision du rail commune présentée aujourd'hui. Elle s'articule autour de 7 piliers qui doivent y contribuer :

Pilier 1 – Gestion optimale des flux de trafic dans le port sur l'ensemble de la chaîne logistique

Pilier 2 – Politique de stationnement performante pour une utilisation efficace de la capacité ferroviaire disponible

Pilier 3 – Exploitation de la gare de triage d'Anvers Nord de manière neutre + regroupement de volumes

Pilier 4 – Investissements ciblés dans différentes zones portuaires présentant le plus haut potentiel de croissance

Pilier 5 – Utilisation efficace de l'infrastructure ferroviaire

Pilier 6 – Cadre distinct pour la réglementation et la politique ferroviaire spécifique aux ports

Pilier 7 – Plate-forme numérique commune pour l'échange mutuel d'informations dans le respect des règles de concurrence

La vision commune du Port d'Anvers, de Railport et d'Infrabel indique donc la direction dans laquelle les 3 entités veulent évoluer. Sa mise en œuvre est un projet continu qui peut être adapté et ajusté, si nécessaire, en concertation constructive avec toutes les parties prenantes. Il est important que les partenaires s'accordent sur les priorités vers lesquelles ils souhaitent évoluer pour réaliser ce doublement de la part du fret transporté par le rail.

Réalisations concrètes : concentration des cabines de signalisation et cellule portuaire

Parmi ces 7 piliers se trouvent des projets visant le court, le moyen et le long terme. Plusieurs choses importantes ont été réalisées et sont déjà bénéfiques pour le transport de marchandises dans le port d’Anvers. Ainsi, le 28 mars, la dernière cabine de signalisation a été reprise par la cabine de signalisation centrale d'Anvers-Nord ; un plus pour la sécurité et la bonne régulation du trafic des trains de marchandises. Le 15 mars, une cellule portuaire spéciale a également été mise en place. Elle rassemble différents spécialistes qui mettent en commun leurs connaissances ferroviaires dans le port. Toute personne, tout client, ayant une question liée au rail peut s’y adresser pour obtenir une réponse rapide. Une solution pragmatique est alors recherchée. Et, dernier exemple, au sein d'Infrabel, le personnel de cabine est formé pour, dans le port, proposer des sillons (capacité sur le rail) en temps réel aux clients. Un avantage considérable pour le port, où les entreprises doivent être réactives et où chaque seconde compte.

Story image

La vision du rail du port d'Anvers, un tremplin vers une politique nationale

Avec leur vision du rail commune, Port of Antwerp, Railport et Infrabel ont franchi une étape cruciale dans la revalorisation du transport ferroviaire de marchandises dans le port. Mais cela ne marque pas un point final. Le port d’Anvers est une énorme plaque tournante logistique et l’un des principaux moteurs de l’économie belge. Le trafic de marchandises de et vers le port représente environ 50% du transport ferroviaire de marchandises dans notre pays. Ce qui fonctionne bien ici peut également être appliqué en d'autres endroits. Le plan présenté aujourd'hui pourrait donc constituer un tremplin vers une vision pour toute la Belgique. Un transfert modal s’avère en effet également nécessaire dans d'autres nœuds logistiques et sites industriels de notre pays.

2021 est « l'Année européenne du rail », quel meilleur moment pour se concentrer sur le transfert modal ! Un plan global est en cours d'élaboration pour doubler la part du fret ferroviaire dans toute la Belgique. Un large groupe d'entreprises et de parties prenantes dans le secteur et même en dehors mènent une étroite concertation les unes avec les autres. Ce groupe comprend notamment l'organisme représentant les entreprises ferroviaires belges, le Belgian Rail Freight Forum (BRFF), le Port d'Anvers et Infrabel. Les spécialistes travaillent sur une proposition intégrée visant à réaliser ce transfert modal dans l’ensemble du pays. Toutes les parties veulent en faire une priorité nationale. Car le modal shift est à faire ... TOUS ENSEMBLE.

 

Georges Gilkinet, Vice-premier Ministre et Ministre fédéral de la Mobilité : « Le transport ferroviaire de fret est une solution d’avenir pour notre économie, notre santé et notre environnement. C’est un transport plus sûr et peu polluant, grâce auquel nous pouvons diminuer le nombre de camions sur nos routes. Je salue donc et soutiens pleinement l’initiative lancée aujourd’hui par le port d’Anvers, Infrabel et Railport. C’est en se parlant et en coopérant qu’on trouve des solutions. L’objectif du Gouvernement fédéral de doubler le transport de marchandises via le train d’ici 2030 est clairement aujourd’hui, et ici à Anvers, sur les rails. En tant que Ministre de la Mobilité, je prépare avec les acteurs du rail un « Plan d’actions fret national » pour consolider les atouts naturels et renforcer la compétitivité du fret ferroviaire. Et sans nul doute, il y a matière à inspiration pour d’autres ports et d’autres activités industrielles dans les projets qui sont aujourd’hui sur la table, à Anvers.
Échevine, en charge du port Annick De Ridder: « Une politique ferroviaire efficiente et durable place notre port sur la voie de l’avenir. Le transfert modal est inestimable pour la prospérité future du port et garantira notre croissance durable. Aujourd'hui, nous sommes tous sur la même voie. Le fait que tous les niveaux appellent à la coopération pour faire de cette vision ferroviaire un succès est vraiment une étape essentielle ».
Jacques Vandermeiren, CEO Port of Antwerp: "Le port d'Anvers est le premier port mondial à réconcilier l'homme, le climat et l'économie. Un transfert modal est extrêmement important pour une croissance durable. La vision ferroviaire du port d'Anvers, de Railport et d'Infrabel représente une étape majeure, concrète et largement soutenue, visant à doubler la part du trafic ferroviaire à destination et en provenance du port."
Benoît Gilson, CEO Infrabel: "D'ici dix ans, doubler la proportion de marchandises transportées par voie ferrée via le port d’Anvers. C'est un défi qu'Infrabel est prêt à relever. Je suis très satisfait de cette vision commune du rail, car elle met tous les nez dans la même direction. Le transfert modal vers le rail est bénéfique pour les personnes, l'environnement et la société. Le transport de marchandises par rail doit devenir une priorité nationale. Pour réaliser cette splendide ambition, nous collaborons avec toutes nos parties prenantes, nos clients et aussi leurs clients. Tous ensemble, nous réussirons!”

 

Infrabel: Thomas Baeken, [email protected], 0491 724 474

Port of Antwerp: Gert Ickx, [email protected], 0492 154 139

Story image

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A propos de Port of Antwerp-Bruges

Avec un transbordement total de 289 millions de tonnes par an, Port of Antwerp-Bruges occupe un véritable rôle de plaque tournante dans le commerce et l'industrie dans le monde. Le port est un lien crucial pour la manutention de conteneurs, le trafic de breakbulk et le transbordement de véhicules. En outre, le port d'Anvers-Bruges - avec 147 millions de tonnes/an - est le premier port d'exportation d'Europe. Port of Antwerp-Bruges est le point d'attache de 1400 entreprises et il abrite le plus grand pôle d'activité chimique intégré en Europe. Le port génère, directement et indirectement, un total de 164 000 emplois et une valeur ajoutée de 21 milliards d'euros.

Port of Antwerp-Bruges ne cache pas ses ambitions : s'imposer comme le premier port mondial réconciliant l'économie, l'homme et l'environnement. Le port veut non seulement poursuivre sa trajectoire de croissance durable, mais aussi utiliser sa position unique de centre logistique, maritime et industriel pour initier la transition vers une économie circulaire à faibles émissions de CO2. En collaboration avec la communauté portuaire, ses clients et d'autres partenaires, Port of Antwerp-Bruges recherche activement des solutions innovantes en vue d'assurer un avenir durable. La responsabilité à l'égard de l'environnement, et par extension, de la société représente une priorité majeure. 

Les sites portuaires d'Anvers et de Zeebruges sont administrés par l’Autorité portuaire Anvers-Bruges, une société anonyme de droit public dont les actionnaires sont la ville d'Anvers et la ville de Bruges. Elle emploie 1800 travailleurs. L'Échevine anversoise du Port Annick De Ridder est la présidente du conseil d'administration, le bourgmestre de Bruges Dirk De fauw en est le vice-président. Jacques Vandermeiren est le PDG et président du comité de direction, lequel assure la gestion quotidienne. 

www.portofantwerpbruges.com

Le numéro de téléphone +32 492 15 41 39 est réservé aux demandes de presse. Pour d'autres questions, vous pouvez envoyer un mail à [email protected]

Port of Antwerp-Bruges
Havenhuis
Zaha Hadidplein 1
2030 Antwerp
Belgium