Les tensions géopolitiques et le ralentissement de la croissance économique se font sentir dans les chiffres annuels du Port d’Anvers-Bruges

Les tensions géopolitiques et le ralentissement de la croissance économique se font sentir dans les chiffres annuels du Port d’Anvers-Bruges

L'année 2023 a été une nouvelle année riche en défis pour le Port d’Anvers-Bruges. Les tensions géopolitiques et le ralentissement de la croissance économique mondiale entraînent une baisse de la production industrielle et des flux commerciaux. Cela a eu un impact sur le transbordement total de marchandises ; il s'élevait à 271 millions de tonnes de fret en 2023, soit une baisse de 5,5 % par rapport à l'année précédente. Grâce à la valeur ajoutée de la fusion, malgré ce contexte difficile, la part de marché du segment des conteneurs augmente par rapport aux autres ports de l'axe Hambourg-Le Havre. Pour assurer son rôle stratégique de port mondial à l'avenir également, la croissance durable reste une priorité et un programme d'investissement majeur est prévu pour les dix prochaines années.

La faible croissance économique mondiale et la baisse de la demande de matières premières pèsent sur la demande mondiale de transport par conteneurs. Pour le Port d’Anvers-Bruges, cela se traduit par une baisse du transbordement de conteneurs de 5,9 % en tonnes et de 7,2 % en TEU, par rapport à 2022. En revanche, la part de marché de Port d’Anvers-Bruges sur l'axe Hambourg-Le Havre a augmenté de 0,6 % - point pour atteindre 30,2 % en 2023.

Le transbordement de vrac liquide diminue de 2,1 % en 2023. Les transbordements de carburants augmentent grâce à la forte croissance du diesel et du kérosène, tandis que l'essence et l'huile combustible diminuent. Les transbordements de naphta diminuent en raison de la baisse de la demande de l'industrie, tandis que les transbordements de LPG restent inchangés. Dans toute l'Europe, le secteur de la chimie est sous pression à cause des coûts élevés de l'énergie, des matières premières et de la main-d'œuvre, ainsi que de la faible demande. Il en résulte une diminution du transbordement de produits chimiques de 8,1 %. Les transbordements de biocarburants sont en baisse. De même, les transbordements de GNL restent également inférieurs au niveau de l'année dernière, lorsque, en pleine crise énergétique, le maximum a été importé.

Chiffres annuels 2023
Chiffres annuels 2023

Les volumes de vracs diverses conventionnelles se sont normalisés, après une forte reprise post-Covid-19 entre le printemps 2021 et septembre 2022, pour atteindre les niveaux d'avant-Covid-19. Par rapport à 2022, le débit total est en baisse de 18,8 %. En raison d'un déclin de la production européenne d'acier et d'une baisse de la demande, la manutention d'acier, le principal groupe de produits au sein des marchandises diverses conventionnelles, a chuté de 16,9 %, les exportations (-15,5 %) résistant mieux que les importations (-17,9 %).

Les trafics roll-on/roll-off totaux se maintiennent relativement bien avec une légère baisse de 2,1 %. Le transbordement de matériel de transport (en unités) augmente grâce à une hausse du transbordement de voitures neuves. En 2023, 3,56 millions de voitures neuves ont été transbordées, soit une croissance de 9,0 % sur une base annuelle. Le transbordement de marchandises non accompagnées (à l'exclusion des conteneurs) transportées sur des navires RoRo a également légèrement diminué (-1,5 %). Plus de la moitié de ces trafics sont liés au Royaume-Uni et sont en baisse (- 4,9 %), tandis que les trafics liés à l'Irlande sont en forte croissance (+17 ,9%) et que les trafics liés à la Scandinavie se maintiennent.

Le segment du vrac sec est en baisse de 13,9 % par rapport à l'année dernière. La demande de charbon, qui était élevée en 2022 en raison de la crise énergétique, a fortement diminué depuis. Les engrais, qui avaient déjà baissé l'année dernière en partie à cause des sanctions contre la Russie et de l'augmentation des prix des engrais, continuent aussi de diminuer cette année.

En 2023, Zeebrugge a accueilli 169 navires de croisière et 953.048 passagers, faisant de cette année une année record. Le plan d'étalement a permis d'échelonner les arrivées.

En 2023, 20.156 navires de mer ont fait escale dans le port d'Anvers-Bruges, soit une baisse de 4,2%. Le tonnage brut total de ces navires a augmenté de 2,6 % pour atteindre 657 millions de GT.

Investir dans l'avenir

En tant que port mondial et porte d'entrée et de sortie de l'Europe, le port d'Anvers-Bruges est un maillon essentiel de la chaîne logistique internationale. Une croissance durable est donc essentielle, non seulement en attirant les investisseurs, mais aussi en investissant lui-même. Au cours des dix prochaines années, le port envisage donc un programme d'investissement de 2,9 milliards d'euros, notamment dans de nouvelles infrastructures telles qu'un mur de quai pour le terminal Europa, un nouveau centre de coordination et des terrains résiduels sur la rive gauche.

En termes d'approvisionnement et de transition énergétique, le port entend continuer à jouer son rôle de pionnier à l'avenir. Par exemple, le Port d'Anvers-Bruges promeut activement une économie circulaire avec la mise en œuvre du projet Warmtenet Antwerpen Noord. La première livraison de chaleur aura bientôt lieu, et la poursuite du développement du district NextGen est prévue pour cette année.

Pour répondre à la demande importante d'énergie renouvelable, le port ne se concentre pas seulement sur l'énergie solaire et éolienne locale, mais s'engage également à importer de l'énergie verte. L'hydrogène est un élément clé, servant de vecteur énergétique, de matière première pour l'industrie et de carburant pour le transport maritime. Cette année, le port verra le premier avitaillement d'hydrogène et de transporteurs d'hydrogène, tels que le méthanol.

Dans le cadre de l'écologisation de la flotte du port d'Anvers-Bruges, deux navires pionniers seront introduits : le Methatug, le premier remorqueur au monde fonctionnant au méthanol, et un RSD électrique, une première en Europe. En outre, l'alimentation à quai est en cours de développement, les travaux d'installation de l'alimentation à quai pour le terminal de croisière de Zeebrugge débutant plus tard cette année. Enfin, le port travaille avec l'industrie sur la réduction des émissions de CO2 grâce au captage du CO2. Les travaux sur le terminal CCS devraient commencer cette année, après que la décision d'investissement aura été prise prochainement.

Jacques Vandermeiren, CEO du Port d’Anvers-Bruges : « Nous savions depuis un certain temps que 2023 ne serait pas une année record. En tant que port, nous sommes donc au cœur des enjeux économiques et géopolitiques. Mais grâce à une stratégie forte, à la fusion et à un exercice d'efficacité, nous nous sommes organisés à temps et nous gagnons même des parts de marché sur l'axe Hambourg-Le Havre. En particulier dans les temps difficiles, rester concentrés et naviguer dans la bonne direction en utilisant notre plan stratégique comme boussole est essentiel. Et nous continuerons à le faire aussi en 2024. Pour que nous restions attractifs pour les investisseurs et que nous continuions à jouer notre rôle stratégique de pionnier à l'avenir. À cet égard, la sécurité juridique est cruciale. Nous attendons donc de l'autorité des éclaircissements rapides sur un cadre d'autorisation viable et des conditions correctes pour continuer à opérer en tant qu'entreprise et à attirer des investissements en tant que plateforme de premier plan. »
Annick De Ridder, échevine du port de la ville d'Anvers et présidente du conseil d'administration du Port d’Anvers-Bruges explique : « Notre port est le moteur économique de la Flandre. Malgré des défis majeurs, ce moteur a bien résisté l'année dernière, grâce à tous les employés et à toutes les entreprises. Ils ont tous donné le meilleur d'eux-mêmes. Et pour cela, je tiens à les remercier de nouveau chaleureusement. Le port fournit déjà 73 000 emplois directs. Mais nous avons toujours besoin de plus de personnes pour faire tourner le moteur. Faites passer le message, car un emploi dans le port, où des perspectives se dessinent et où les entreprises investissent dans un avenir durable, est tout simplement différent. En outre, la croissance durable, y compris les projets clés ECA (capacité supplémentaire en conteneurs) et NSZ (nouvelle écluse maritime), reste une priorité pour assurer notre position en tant que port mondial à l'avenir également. »
Dirk De fauw, bourgmestre de la ville de Bruges et vice-président du Port d’Anvers-Bruges : « Cela fait maintenant plus d'un an et demi que nous sommes un seul port et la valeur ajoutée est clairement visible, surtout dans le contexte actuel difficile. Cela nous permet de répartir les volumes de conteneurs sur les deux plateformes et de renforcer notre image de marque en tant que port international. En tant que port de fusion, nous prenons également, en collaboration avec l'industrie, des mesures importantes et essentielles dans le cadre de la transition énergétique, en vue de devenir un port climatiquement neutre d'ici 2050. Mais nous nous concentrons sur les personnes et l'environnement, en plus de l'économie et du climat. Nous sommes un port de personnes dédié aux personnes et sommes conscients de l'incidence de nos activités sur les environs et les résidents locaux. C'est pourquoi nous restons attachés à la qualité de notre environnement. »

 

Afficher dans l'aperçu des actualités
A propos de Port d'Anvers-Bruges

Avec un transbordement total de 271 millions de tonnes par an, le Port d’Anvers-Bruges occupe un véritable rôle de plaque tournante dans le commerce et l'industrie dans le monde. Le port est un lien crucial pour la manutention de conteneurs, le trafic de breakbulk et le transbordement de véhicules. En outre, le port d'Anvers-Bruges - avec 147 millions de tonnes/an - est le premier port d'exportation d'Europe. Il est le point d'attache de 1400 entreprises et il abrite le plus grand pôle d'activité chimique intégré en Europe. Le port génère, directement et indirectement, un total de 164 000 emplois et une valeur ajoutée de 21 milliards d'euros.

Le Port d’Anvers-Bruges ne cache pas ses ambitions : s'imposer comme le premier port mondial réconciliant l'économie, l'homme et l'environnement. Le port veut non seulement poursuivre sa trajectoire de croissance durable, mais aussi utiliser sa position unique de centre logistique, maritime et industriel pour initier la transition vers une économie circulaire à faibles émissions de CO2. En collaboration avec la communauté portuaire, ses clients et d'autres partenaires, il recherche activement des solutions innovantes en vue d'assurer un avenir durable. La responsabilité à l'égard de l'environnement, et par extension, de la société, représente une priorité majeure. 

Les sites portuaires d'Anvers et de Zeebruges sont administrés par l’Autorité portuaire Anvers-Bruges, une société anonyme de droit public dont les actionnaires sont la ville d'Anvers et la ville de Bruges. Elle emploie 1800 travailleurs. L'Échevine anversoise du Port Annick De Ridder est la présidente du conseil d'administration, le bourgmestre de Bruges Dirk De fauw en est le vice-président. Jacques Vandermeiren est le PDG et président du comité de direction, lequel assure la gestion quotidienne. 

www.portofantwerpbruges.com

Le numéro de téléphone +32 492 15 41 39 est réservé aux demandes de presse. Pour d'autres questions, vous pouvez envoyer un mail à communicatie@portofantwerpbruges.com

Port d'Anvers-Bruges
Havenhuis
Zaha Hadidplein 1
2030 Antwerp
Belgium