Les ports d'Anvers et de Zeebrugge lancent des négociations

Les ports d'Anvers et de Zeebrugge lancent des négociations


Les autorités portuaires d’Anvers et Zeebrugge ont donné le feu vert à l’ouverture de négociations en vue d’une procédure en phases pouvant déboucher sur la fusion des deux ports. Cette décision a été prise sur base des conclusions d’une étude de complémentarité et de solidité effectuée par le bureau d’études indépendant Deloitte & Laga.

Étude de complémentarité

Les autorités portuaires d’Anvers et de Zeebrugge mènent depuis début 2018 des discussions constructives en vue d’intensifier leur collaboration. Ces discussions les ont amenées à commander une étude de complémentarité et de solidité économique au bureau d’études Deloitte & Laga. L’étude a (1) évalué les formes actuelles de collaboration entre les deux ports, (2) objectivé la valeur ajoutée qui pourrait résulter de toutes sortes de formes de collaboration jusqu’à la fusion économique et (3) étudié divers scénarios de gestion possible. Les lignes conductrices de l’étude étaient la défense des intérêts de chaque port et les avantages de la synergie pour les deux zones portuaires.

Conclusions de Deloitte & Laga

Le rapport d’étude de Deloitte & Laga constate que les formes de collaboration actuelles entre les deux ports ont peu d’impact compte tenu de la concurrence, de la portée limitée des accords et du manque d’engagement des acteurs. Les deux ports sont pourtant largement complémentaires et doivent faire face aux mêmes défis externes. Une collaboration poussée, estime Deloitte, rendrait les deux ports plus solides dans leurs domaines d’activité, consoliderait l’emploi et renforcerait leur rôle dans leur région et à l’international. Elle aurait l’avantage supplémentaire de répondre plus vite et plus efficacement aux défis futurs tels que l’agrandissement d’échelle, la transition énergétique, l’innovation et la numérisation. La clientèle des deux ports est du reste favorable à une collaboration plus intense. Deloitte conclut que le rapprochement des deux ports ne présente que des avantages pour eux si les autorités portuaires sont disposées à accepter une intégration de leurs services. Les modèles de gestion d’une holding ou d’une fusion ont dès lors été les seules options retenues dans le modèle de gouvernance envisagé par le bureau d’études.

Lancement des négociations

Maatschappij van de Brugse Zeehaven et Port of Antwerp accueillent favorablement les conclusions du rapport d’étude et les deux équipes de gestion se déclarent disposées à lancer des négociations d’une procédure en phases pouvant déboucher sur leur fusion. La procédure devrait durer deux ans.

Dirk De fauw, président du port de Zeebrugge: “Nous examinons depuis quelque temps déjà avec le port d’Anvers les manières de renforcer notre collaboration et de consolider mutuellement nos plateformes portuaires. Notre ambition commune est de former un ‘MAIN PORT de A à Z’, une entité portuaire à l’abri des aléas futurs. La confiance grandissante entre nous et les conclusions positives du rapport d’études nous permettent aujourd’hui d’entamer des discussions formelles avec nos collègues du port scaldien.”


L’échevine du port d’Anvers Annick De Ridder: “L’étude de Deloitte montre clairement que les deux ports sont en grande mesure complémentaires et que nous devons faire face aux mêmes défis. Ensemble, Anvers et Zeebrugge peuvent devenir plus vite le port de l’avenir en avançant ensemble dans des domaines nouveaux comme la transition énergétique, l’innovation et la numérisation. Nous entamons des négociations formelles avec Zeebrugge parce que nous sommes convaincus que la fusion nous permettra d’ancrer durablement les armements, les industries et les entreprises de logistique dans un port unifié et que nous pouvons être plus que jamais la porte d’accès à l’Europe.”

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

A propos de Port of Antwerp-Bruges

Avec un transbordement total de 289 millions de tonnes par an, Port of Antwerp-Bruges occupe un véritable rôle de plaque tournante dans le commerce et l'industrie dans le monde. Le port est un lien crucial pour la manutention de conteneurs, le trafic de breakbulk et le transbordement de véhicules. En outre, le port d'Anvers-Bruges - avec 147 millions de tonnes/an - est le premier port d'exportation d'Europe. Port of Antwerp-Bruges est le point d'attache de 1400 entreprises et il abrite le plus grand pôle d'activité chimique intégré en Europe. Le port génère, directement et indirectement, un total de 164 000 emplois et une valeur ajoutée de 21 milliards d'euros.

Port of Antwerp-Bruges ne cache pas ses ambitions : s'imposer comme le premier port mondial réconciliant l'économie, l'homme et l'environnement. Le port veut non seulement poursuivre sa trajectoire de croissance durable, mais aussi utiliser sa position unique de centre logistique, maritime et industriel pour initier la transition vers une économie circulaire à faibles émissions de CO2. En collaboration avec la communauté portuaire, ses clients et d'autres partenaires, Port of Antwerp-Bruges recherche activement des solutions innovantes en vue d'assurer un avenir durable. La responsabilité à l'égard de l'environnement, et par extension, de la société représente une priorité majeure. 

Les sites portuaires d'Anvers et de Zeebruges sont administrés par l’Autorité portuaire Anvers-Bruges, une société anonyme de droit public dont les actionnaires sont la ville d'Anvers et la ville de Bruges. Elle emploie 1800 travailleurs. L'Échevine anversoise du Port Annick De Ridder est la présidente du conseil d'administration, le bourgmestre de Bruges Dirk De fauw en est le vice-président. Jacques Vandermeiren est le PDG et président du comité de direction, lequel assure la gestion quotidienne. 

www.portofantwerpbruges.com

Le numéro de téléphone +32 492 15 41 39 est réservé aux demandes de presse. Pour d'autres questions, vous pouvez envoyer un mail à [email protected]

Port of Antwerp-Bruges
Havenhuis
Zaha Hadidplein 1
2030 Antwerp
Belgium