Le Gouvernement flamand, Port of Antwerp et SeReAnt améliorent la qualité de l'eau du port d'Anvers

Le Gouvernement flamand, Port of Antwerp et SeReAnt améliorent la qualité de l'eau du port d'Anvers

La station de traitement AMORAS traite les boues de dragage les plus polluées

Le Gouvernement flamand, Port of Antwerp et l'entrepreneur SeReAnt (partenariat entre les entreprises environnementales du Jan De Nul GROUP et DEME) entameront ce mois-ci le dragage et le traitement des boues de dragage les plus polluées du port, lesdits sédiments TBT. « Après des années de recherche, il existe enfin une solution à cette pollution historique. Il s'agit d'une première mondiale et d'une étape importante pour la Flandre et le port d'Anvers », déclare Lydia Peeters, ministre flamande de la Mobilité et des Travaux publics. «Nous allons retirer les boues les plus polluées des bassins. La qualité de l'eau sera ainsi considérablement améliorée ».

Pollution due à la peinture des navires

Le Gouvernement flamand et Port of Antwerp assurent ensemble l'accessibilité du port d'Anvers à la navigation contemporaine. Chaque année, d'énormes quantités de boues sont draguées à cette fin, puis traitées par l'installation de déshydratation AMORAS. « Mais il y avait un type de boue que nous ne pouvions pas encore traiter : les boues à forte concentration en organoétains ou tributylétains, ou pour faire court, les sédiments TBT », explique Yi-Bin Shan, chef de la division Accès maritime du Département de la Mobilité et des Travaux publics. « Les TBT ont été mondialement utilisés à partir des années 1970 dans la peinture des navires afin d'empêcher la croissance des moules et des algues sur les coques, mais ils sont complètement interdits depuis 2003. Ces produits sont en effet extrêmement nocifs pour l'environnement et sont en plus difficilement dégradables. Pendant toutes ces années, les boues ont absorbé les TBT comme une éponge, mais elles libèrent aussi progressivement cette pollution. Les TBT perturbent le métabolisme et le système endocrinien en particulier des mollusques, comme les escargots et les moules. »

Le seul port au monde

« En collaboration avec l'Université d'Anvers, nous étudions déjà depuis plusieurs années comment extraire les TBT du port » explique Jacques Vandermeiren, le CEO de Port of Antwerp. « Nous sommes fiers de pouvoir enfin nous attaquer à cette pollution historique. La qualité de l'eau dans les bassins est actuellement inférieure à la norme européenne. Ce projet permettra de l'améliorer considérablement. En tant qu'autorité portuaire, nous pensons qu'il est important d'assumer nos responsabilités à l'égard de la société. Nous sommes ainsi le seul port au monde qui non seulement élimine les boues polluées, mais qui les traite également de manière durable ». Le Gouvernement flamand et Port of Antwerp libèrent conjointement les ressources nécessaires pour le dragage et le traitement des boues de dragage les plus polluées. « La Flandre met 25 millions d'euros par an à disposition pour l'exploitation d'AMORAS. Nous procédons maintenant à un investissement supplémentaire de 700 000 euros par an pour éliminer les sédiments TBT de manière écologiquement responsable. Nous augmentons ainsi l'accessibilité du port, ce qui est une mission importante du Gouvernement flamand », déclare la ministre flamande Lydia Peeters. « Port of Antwerp a investi 1 million d'euros dans la phase préliminaire de ce projet et dégagera 1,5 million d'euros par an pour le traitement efficace des sédiments TBT », poursuit l'échevin du Port Annick De Ridder. « Port of Antwerp veut être une source d'inspiration pour les autres ports et jouer un rôle de pionnier dans le domaine de la durabilité ».

800 000 m³ de boues au cours des cinq prochaines années

Le traitement de la quantité totale de boues polluées dans le port d'Anvers constitue un travail de longue haleine. Un projet pilote a été lancé en 2018 après l'obtention des permis nécessaires et quelques modifications apportées à la station d'épuration des eaux usées. « Nous avons ajouté une étape supplémentaire dans nos processus et installé des filtres à charbon actif. Ces derniers filtrent les substances toxiques de l'eau après son passage par notre station d'épuration des eaux usées », explique Yi-Bin Shan, chef de la division Accès maritime. « Au cours de ce projet pilote, nous avons déjà dragué et transféré 185 000 m³ de boues fortement polluées pour traitement sur AMORAS. De cette manière, nous avons pu cartographier l'impact sur l'installation et identifier tous les risques possibles. Il existe actuellement un accord pour extraire 800 000 m³ de boues des bassins portuaires au cours des cinq prochaines années et les transformer en 500 000 tonnes de gâteaux de filtration. Nous commençons par enlever la boue qui entrave la navigation et les pires points de contamination aux TBT dans la partie sud du port, qui est la plus ancienne. Nous nous occuperons ensuite des autres zones. »

Comment cela fonctionne-t-il ?

  1. Les sédiments TBT pollués sont dragués dans le port. L'utilisation d'un grappin environnemental de 15 m³ permet d'éviter toute propagation de la pollution dans les eaux environnantes.
  2. Les boues de dragage sont transportées dans des conteneurs de transport de 2400 m³ vers l'installation de traitement AMORAS.
  3. SeReAnt, l'entrepreneur qui exploite l'installation AMORAS, aspire les boues des conteneurs de transport pour ensuite les pomper vers la station d'épuration.
  4. Les matières solides grossières et le sable sont éliminés.
  5. Les eaux usées sont purifiées par une station d'épuration. Les boues TBT sont également purifiées par du charbon actif. L'eau est ensuite redirigée vers les bassins.
  6. Les boues sont transformées en un produit final sec : des gâteaux de filtration qui sont stockés en toute sécurité sur le site.

AMORAS : une coopération innovante entre les autorités publiques, le port et les entreprises de dragage

Par le biais d'AMORAS, le Gouvernement flamand et Port of Antwerp collaborent au stockage et au traitement durables et à long terme des boues de dragage d'entretien des bassins portuaires d'Anvers. AMORAS est l'acronyme d'Antwerpse Mechanische Ontwatering, Recyclage en Applicatie van Slib (Déshydratation mécanique, recyclage et épandage des boues). Le Département de la Mobilité et des Travaux publics fournit 80 % des fonds, Port of Antwerp les 20 % restants. Depuis 2011, l'installation de déshydratation transforme chaque année 450 000 tonnes de produit sec en gâteaux de filtration. C'est l'association commerciale momentanée SeReAnt qui exploite l'installation. SeReAnt est une collaboration entre les entreprises environnementales DEC du Groupe DEME et Envisan du Jan De Nul Group. AMORAS recherche activement des solutions pour réutiliser la matière sèche obtenue à partir de boues déshydratées non polluées dans des applications utiles. Il existe plusieurs pistes, mais c'est surtout l'industrie du béton qui manifeste de l'intérêt pour les gâteaux de filtration.

Images destinées à la presse

Par le biais de ce lien, vous trouverez des photos et deux vidéos que vous pouvez utiliser librement moyennant la mention du copyright.

Sur www.maritiemetoegang.be/projecten/amoras, vous trouverez une vidéo dédiée au fonctionnement d'AMORAS.

 

 

A propos de Port of Antwerp-Bruges

Avec un transbordement total de 289 millions de tonnes par an, Port of Antwerp-Bruges occupe un véritable rôle de plaque tournante dans le commerce et l'industrie dans le monde. Le port est un lien crucial pour la manutention de conteneurs, le trafic de breakbulk et le transbordement de véhicules. En outre, le port d'Anvers-Bruges - avec 147 millions de tonnes/an - est le premier port d'exportation d'Europe. Port of Antwerp-Bruges est le point d'attache de 1400 entreprises et il abrite le plus grand pôle d'activité chimique intégré en Europe. Le port génère, directement et indirectement, un total de 164 000 emplois et une valeur ajoutée de 21 milliards d'euros.

Port of Antwerp-Bruges ne cache pas ses ambitions : s'imposer comme le premier port mondial réconciliant l'économie, l'homme et l'environnement. Le port veut non seulement poursuivre sa trajectoire de croissance durable, mais aussi utiliser sa position unique de centre logistique, maritime et industriel pour initier la transition vers une économie circulaire à faibles émissions de CO2. En collaboration avec la communauté portuaire, ses clients et d'autres partenaires, Port of Antwerp-Bruges recherche activement des solutions innovantes en vue d'assurer un avenir durable. La responsabilité à l'égard de l'environnement, et par extension, de la société représente une priorité majeure. 

Les sites portuaires d'Anvers et de Zeebruges sont administrés par l’Autorité portuaire Anvers-Bruges, une société anonyme de droit public dont les actionnaires sont la ville d'Anvers et la ville de Bruges. Elle emploie 1800 travailleurs. L'Échevine anversoise du Port Annick De Ridder est la présidente du conseil d'administration, le bourgmestre de Bruges Dirk De fauw en est le vice-président. Jacques Vandermeiren est le PDG et président du comité de direction, lequel assure la gestion quotidienne. 

www.portofantwerpbruges.com

Le numéro de téléphone +32 492 15 41 39 est réservé aux demandes de presse. Pour d'autres questions, vous pouvez envoyer un mail à [email protected]

Port of Antwerp-Bruges
Havenhuis
Zaha Hadidplein 1
2030 Antwerp
Belgium